logo

Cet article reprend dans sa première partie "la plus ancienne" l'article paru en 1932 dans la revue de la Société Polymathique du Morbihan, les auteurs en sont Etienne RAULT et Léon LALLEMENT. Il est ici complété, enrichi et illustré.


Conleau est un des quartiers de la ville de Vannes (Morbihan). Il comprend la presqu'île de Conleau qui est une ancienne île du golfe du Morbihan, reliée à la terre ferme par une route-digue depuis 1879.

Cet article s'attachera à retracer l'histoire de la seule'Île de Conleau, qui reste intimement liée à l'histoire de Séné au travers des passeurs de Conleau qui la reliaient jadis à la presqu'île de Langle et à cause des Régates de Vannes, qui accueillaient des courses réservées aux seuls bateaux des marins sinagots.

1- L'ïle de Conleau vendu par l'Evêque de Vannes 


M. le chanoine Le Mené, traitant de la guerre civile entre catholiques et protestants, sous Henri III, relate le fait suivant dans son Histoire du diocèse de Vannes, tome II, page 17.
En 1568, le prince de Condé et l'amiral de Coligny se retirèrent à la Rochelle, où ils furent rejoints par d'Andelot et recommencèrent la guerre civile, en s'emparant d'Angoulême et des places voisines. Le trésor royal était à sec. Le roi s'adressa au pape pour faire une levée extraordinaire sur les biens du clergé. Pie V, en considération du caractère religieux de cette guerre et dans l'espoir d'une compensation ultérieure, permit, par une bulle du 24 octobre 1568, d'aliéner une partie des biens ecclésiastiques jusqu'à concurrence d'une rente annuelle de 50.000 écus d'or ; c'était un capital d'un million d'écus d'or, somme énorme pour l'époque.
Le diocèse de Vannes fut taxé à 7.401 livres de rente et pour la réalisation de cette somme l'évêque seul dut fournir 800 livres. Le siège épiscopal était alors occupé par Mgr Jean Fabri ou Le Febvre pourvu de l'évêché par Pie V, le 15 mars 1566.
Au nombre des biens de son domaine temporel se trouvait l'île de Conleau près de Vannes. Elle fut désignée parmi les immeubles destinés à être aliénés pour se conformer aux prescriptions de la bulle du 24 octobre 1568.

L'île est ainsi décrite dans un acte de 1570 que Mme Maupin a eu l'obligeance de nous communiquer :
"Un bois nommé vulgairement le petit bois tailliff de Conleau avec les pâturages y adjassants situé en la paroisse de Saint-Patern, ayant environ 12 journaux [Note : Le journal avait alors une contenance de 48 ares, 62 centiares] de superficie cerné de mer entre le village de Conleau et le manoir de Moréac."

La procédure suivie pour parvenir à l'aliénation de cette île est assez curieuse et mérite d'être en partie signalée d'autant qu'elle s'appliqua sans doute aux autres biens ecclésiastiques situés dans le diocèse et choisis pour être vendus.
Les 15 et 16 juillet 1570, Le Treste, sergent de justice, publie, proclame et affiche que la vente de l'île se fera au plus donnant et dernier enchérisseur, au denier 24 de l'évaluation et après que cette évaluation aura été faite par les priseurs nobles : Messires Guy de Lantivy sieur de la Haye-Dréan, Georges Bardoul sieur de la Ville-Picaud, Pierre de Courcelles sieur du Prat et Jehan Juhel marchand juré, tous les quatre assignés et convoqués, leur expertise terminée, pour le 12 août suivant, à l'auditoire du présidial.
Ce jour venu, le sénéchal leur fait prêter serment de dire la vérité ; puis, séparément enquis, ils attestent évaluer chaque journal 30 sous de rente, ce qui faisait pour l'ensemble de l'île, d'une étendue de 12 journaux, 360 sous de rente ou 18 livres de rente, la livre valant alors 20 sous.
Étant admis, d'autre part, qu'il fallait aussi 20 livres de capital pour constituer une rente d'une livre, l'île, au dire des experts nobles, valait 360 livres de capital, à laquelle somme il y avait lieu d'ajouter le denier 24 ou un 24ème en plus, c'est-à-dire 15 livres, pour fixer la mise à prix, soit 375 livres.
Le sénéchal demande si, à ce prix, il y a acquéreur dans l'assistance. Personne ne répond.
L'adjudication est alors remise à quinzaine après nouvelles bannies et publications et aussi et affiches apposées contre la « principale porte de l'Église Mr Saint-Pierre et au passé (à l'entrée) de l'auditoire dudit Vannes ».
Le samedi 26 août 1570 l'auditoire est, cette fois, assez garni de monde. On y remarque notamment M. Rolland Vincent représentant l'évêque et le procureur du roi, car l'évêque tenait l'île du roi en fief amorti.
En ouvrant les enchères le sénéchal demande, comme il y a quinze jours, s'il y a acquéreur. Un certain nombre de compétiteurs se présentent et après plusieurs enchères, la chandelle éteinte, Messire Jacques de BOGAR est déclaré adjudicataire pour la somme de 403 livres.
Et aussitôt Messire de Bogar déclare avoir acquis au nom de sieur Guillaume LECHET présent et qui accepte pour la somme de 403 livres.Voilà donc l'île qui passe, en 1570, du domaine temporel de l'évêché aux mains de Guillaume LECHET.

05 lambilly

Pendant longtemps, l'Île de Conleau ne sera accessible qu'à marée basse en empruntant un pont de pierres, comme nous l'a illustré l'artiste Charles Ferdinand de Lambilly en 1859. 

2- Sucession de propriétaires de la petite noblesse jusqu'à la Révolution :


Plus tard, on ne sait exactement à quelle date, ce même Lechet la vend à Messire Jean MORIN, sieur de Vieille-Vigne. A la mort de celui-ci elle échoit par succession, dès la première moitié du XVIIème siècle, à Messire Renaud Le GOUVELLO, seigneur de Keriaval, conseiller du roi à la Chambre des Comptes de Bretagne.
La famille Le Gouvello de Keriaval, qui était propriétaire de la terre noble du Petit-Conleau et de diverses métairies et tenues dans le voisinage, annexe l'île à la réserve ou pourpris du manoir, tout proche.
Agnès, fille d'Armand Le Gouvello et petite-fille de Renaud et de Perrone Carré, épouse en 1711, à l'âge de 22 ans, Georges de SERVAUDE, seigneur de la VILLE-ès-CERF, en Plélan, évêché de Saint-Malo, et lui apporte en dot la terre noble du Petit-Conleau avec l'île y annexée et qui reste la propriété de la famille de la Ville-ès-Cerf jusqu'à la révolution où elle est vendue comme bien d'émigré.
Tel est le résumé de ce qu'il a été possible de découvrir au sujet des propriétaires de l'île de Conleau depuis l'an 1570 jusqu'à la fin du XVIIIème siècle.

1844 Conleau cadastre

Lors du relevé pour le cadastre de 1810, l'île n'est battie que de la cabane du passage, refuge pour les passeurs entre Conleau et Séné. La construction d'une digue permettra une activité régulière pour les bateliers qui seront ensuite appelés passeurs et passeuses. A la place de cette cabane, on construira plus tard une maison qui deviendra l'actuel café-brasserie le Corlazo.

 

3-De la famille THUBE aux associés ROUILLE et PAVOT : 

Après avoir fait l'objet de différentes ventes au commencement du siècle dernier, l'île est acquise par la famille Thubé, de Nantes. Cette famille fera édifier une maison de maître qui deviendra l'actuelle villa Thalassa.

1844 Conleau cadastre

1844 Conleau villa thalasssa

Conleau Thalassa Villa

Le 2 juin 1829, M. Pierre Louis THUBE [2/2/1775-31/7/1829], agent des subsistances militaires, afferme, suivant bail emphytéotique et pour 99 ans,

[Note : L'emphytéose est un contrat par lequel un propriétaire concède, pour longues années, la jouissance d'un immeuble, moyennant une redevance annuelle, à la charge par le preneur, qu'on appelle emphytéote, d'exécuter des constructions, défrichements ou autres travaux ayant pour effet d'améliorer le fonds. D'après la loi de 1790, le bail emphytéotique ne peut pas être fait pour plus de 99 années ou pour plus de trois générations. Le code Napoléon ne s'est pas occupé de l'emphytéose, mais il ne l'a pas interdit, d'où il suit que ce contrat est licite. Dict. de Dupiney de Vorepierre]

une portion de l'île d'environ 4 ares à MM. Pierre Marie et Jean Marie DUPUY, constructeurs de navires demeurant à Vannes, moyennant une redevance annuelle de 100 francs et les impôts. Jean Marie DUPUY, sa soeur et son neuveu sont pointés par l'agent du dénombrement de 1841.

1841 Conleau DUPUY

Le 2 décemhre 1851, M. Gustave de LAMARZELLE achète de M. Pierre Marie DUPUY et les héritiers de son frère, leurs droits au bail emphytéotique en cours ainsi que les bâtiments par eux édifiés sur la partie de l'île objet du bail.

      Gustave Jules Louis de LAMARZELLE [6/9/1828 Vannes - 24/9/1900 Sarzeau], imprimeur libraire à Vannes... puis distillateur (1886-), père du député du Morbihan.

4-Les premiers aménagements de François Marie ROUILLE pour l'Île de Conleau :

Le 11 novembre 1876, MM. François Marie ROUILLE et Jean Baptiste PAVOT se rendent acquéreurs de la totalité de l'île, avec respectivement 8\9è et 1\9è des parts pour créer une station balnéaire composée de 5 chalets locatifs, d'un restaurant, d'écuries et remises et de cabines de bains. Le montant verssé est de 11.000 francs pour M. Amédée THUBE [15/6/1805 Vannes - 23/8/1892 Nantes ], fils de Pierre Louis, et 8.000 francs pour M. de LAMARZELLE.

NOTE : La somme de 8.000 francs pour M. de Lamarzelle qui n'était que locataire, nouvel emphytéote, paraît relativement élevée en regard de celle de 11.000 francs pour M. Thubé, propriétaire de toute l'île. Mais il y a lieu de remarquer que le droit au bail emphytéotique acheté par M. de Lamarzelie de la famille Dupuis, en 1851, n'avait pas pris fin en 1876 et loin de là, puisqu'il restait encore à courir 52 années et aussi que M. de Lamarzelle, après MM. Dupuis, avait élevé des constructions sur la partie louée de l'île.

   Qui étaient les deux associés?

      Jean Baptiste Fortuné PAVOT,[19/9/1826 Malestroit -23/3/1889 Vannes], ancien chef de division à la Préfecture, secrétaire rédacteur au Conseil Général du Morbihan et propriétaire de l'Etablissement des Bains de Conleau, qui à sa mort sera repris par M. J.Laporte. Rédacteur du Journal de Vannes. Il crée le premir club de vélo à Vannes, le Véloce Vannetais en 1870, dont il est le président.

    François Marie ROUILLE [identifier l'individu] Que sait-on de François Marie ROUILLE?

1877 05 Rouille Bains de mer Adresse

1881 07 Rouille signature

Il signe dans la presse des interventions soit depuis Paris où il habite au 8 Rue Rochambeau, quartier de Montmartre, soit depuis Conleau les Bains, appellation qu'il donne à l'île de Conleau.

1870 11 Pruisse Rouillé PavotPendant la guerre franco-prussienne, François Marie ROUILLE et mobilisé. Il écrit à Pavot au journal de Vannes qui passe son compte-rendu des combats. Les deux hommes devaient se connaître d'avant le conflit. Incorporé au 62° Régiment d'Infanterie de ligne, il sera blessé le 14 août 1870 à la Bataille de Borny-Colembey, près de Metz, comme l'indique le rapport de guerre.

1871 ROUILLE guerre

 Conleau bois cycliste

Les deux associés vont profondément changer l'aspect et la destination de l'île de Conleau. De propriété privée, en grande partie négligée, délaissée même, l'île va devenir un but de promenade et une sorte de petite station balnéaire pour la population vannetaise. Bien arobrée, plantée de pins maritimes, l'île va être aménagée. C'est que l'un des co-propriétaires, M. François Marie ROUILLE, un Vannetais ayant l'amour de son pays natal et possesseur d'une certaine fortune, méditait les plus vastes projets pour la prospérité de sa petite patrie. Il voulut tout d'abord doter les familles de ses concitoyens de divers agréments dont il avait pu ailleurs goûter les avantages et apprécier tout le charme.

L'île avant lui n'était accessible par voie de terre, à marée basse, qu'au moyen de grosses pierres placées les unes à la suite des autres et qu'on enjambait difficilement au risque de tomber dans la vase. A marée haute, la plate de Chariot, seul habitant de l'île qu'il fallait s'époumonner à héler, était indispensable.

Pour remédier à ces inconvénients le premier soin de M. ROUILLE fut de construire une digue reliant l'île au continent et précédée d'un chemin d'accès côtoyant le rivage le long de la grande prairie au midi du village du Petit-Conleau. La toute première cale ci-dessous représentée dans cette gravure, doit également dater de cette époque où le "pont de pierres" de Moréac n'existe pas, où la butte de Bellevue à Séné est une lande rase sur laquelle n'apparaissent que la patache des douaniers et la croix.

1883 Passage sur Conleau Passeurs

Passeurs en attente de clients sur la toute pierre cale de Conleau - 1883

Dès lors, cette nouvelle chaussée permet aux piétons d'accéder facilement à cale de Conleau construite en pierre en bas de la cabane du passage et l'activité de passeur est ainsi facilitée.

1877 05 Rouille Moreac Conleau

Au printemps 1877, le projet de François Marie ROUILLE retient l'attention de la presse. Le plan d'ensemble en couleur, en tête de cet article permet de situer l'ensemble des composantes du projet, que M. ROUILLE ne peut sans dout emener à son terme.

   41 La piscine d'eau de mer

Conleau piscine

Conleau 13 Piscine
A l'aide d'une chaussée, avec écluse, élevée en face de Moréac, il créa une retenue d'eau, un "réservoir endigué",  qu'il aimait à appeler « le petit lac salé » où il était possible à quiconque de se baigner à toute heure de marée et, ce qui plaisait beaucoup aux familles, sans danger pour les enfants en raison de son fond uni et de ses eaux toujours calmes et peu profondes. 

1877 Conleau bain de mer

François Marie ROUILLE était fier d'apporter la sécurité des baignades et recrutait un maître-nageur pour Conleau les Bains comme il aimait à appeller sa station balnéaire.

   42 Les cabines de bains sur la plage 

Conleau premières cabines

Conleau 03 Plage cabines

Le 7 février 1877, ROUILLE fait une demande avec plan pour l'établissement de cabines de bains (composée de bois et de toiles). [Aller aux Archives pour retrouver les originaux].

   43 Aire de jeux et cabanes

Conleau 05 Cabanes

Le projet comprend également une aire de jeux pour enfant à côté de cabanes sous les arbres comme le montre cette vieille carte postale ci-dessous,

Conleau Villas

Conleau Grenouillere vers 1900

   44 Des chalets meublés à la location 

Conleau croquis appontement

Plan de situation des 5 premiers chalets

Collection LL Conleau Les Chaletsembarcadère

Vue depuis l'embarcadère de Conleau des premiers chalets

Conleau Chalet Plage Nozais

Chalets sur la plage de Conleau un jour de régate

1876 Conleau Chalet travaux

Dans la foulée, il passe un marché avec l'entreprise Fléchelle pour la construction de 5 chalets qui seront loués meublés aux familles désireuses de passer une partie de la belle saison dans l'île. Depuis Paris, il finance dans divers journaux des encarts publicitaires. Au nombre de 5, ces belles maisons style 1900 portent aux doux noms de Haydée, Lakmé, Jenny  Mireille et Sigurd.  Aujourd'huiil reste à Conleau rue Cadoret la villa Jenny n°19, la villa Haydée n°22 et la villa  n°23.

Cette carte postale ancienne ci-avant montre la plage de Conleau à marée haute, avec une file de promeneurs qui se dirigent vers l'embarcadère de Conleau pour monter à bord de Sinagots, direction les régates. A gauche, on distingue le chalet Jenny et un autre similaire aujourd'hui disparu.

Conleau Villa cpa

Ce montage superpose deux photos espacées dans le temps de la pointe de l'île de Conleau. Sur la première en noir et blanc on peut voir les 5 villas et sur la seconde en couleur, une a été rasée et laisse place à une maison en style néobreton.

   45 Le chalet restaurant : 

Le contrat pour construire les 5 chalets, comporte également un chalet-restaurant.  On retrouve une annonce datée de mai 1878 par laquelle, M. Bucher, le gérant recrute une dame de comptoir et d'un garçon de café. 1878 05 Conleau restaurant

    46 Un appontement en bois pour des bateaux à vapeur

Conleau croquis appontement

Afin d'amener les visiteurs depuis Vannes, car il n'existe pas de voie carrossable, il obtint  le 3 juin 1878, en vertu d'un arrêté ministériel, l'autorisation pour établir une estacade en bois, c’est-à-dire une longue jetée à claires-voies à la pointe sud-est de l’île, là où se trouve aujourd'hui la belle cale construite par les Ponts-et-Chaussées. Cet appontement permet aux personnes arrivant en bateau de débarquer à toute heure, notamment avec les vapeurs en provenance du port de Vannes, le jour des régates.

   47 L'hotel et les bâtiments de la station balnéaire

Conleau 02 Hotel café

Le projet comprend également un hotel restaurant chambres d'hotes si on lit bien sur la plan d'ensemble (croquis n°2). ROUILLE prévoit sur son plan, un bâtiment pour loger le personnel saisonnier et un batiment administratif. Le croquis n°8 montre (de manière inversée) la façade de ce bâtiment et le n°9 celui pour le logement des employés.

Conleau 08 09 Administration Personnel

Cet l'article suivant, daté de 1885, laisse à penser que ces bâtiments (hotel, administration, logement du personnel) ne furent pas construits "sous l'ère Rouillé" mais plus tard par son successeur M. Laporte.

En août 1885, alors que François Marie ROUILLE a vendu l'île de Conleau, le journaliste du Courrier de Bretagne rend hommage à celui qui établi une chaussée pour relier l'île de Conleau à Vannes, pour avoir construit des chalets, un petit lac perpétuellement rempli d'eau salé, un restaurant et des jeux. Il ne parle pas d'hotel, de logement social ou d'un siège pour l'administration de la station balnéaire. Un autre investisseur, Jean Marie LAPORTE, achètera l'île à M. PAVOT et il achèvera le projet de Conleau les Bains.

1885 07 Rouille temoignage

5 Le projet avorté de ROUILLE : endiguer le Vincin et créer une station balnéaire 

Mais le dessein de Frnaçois Marie ROUILLE était bien plus grand, il souhaitait faire de Conleau une véritable station balnéaire d'une toute autre dimension...

 1880 Conleau Vincin

1900 Rives Vincin Rect

Ainsi le journaliste parlait-il de ce projet dans L'Avenir du Morbohan du 16 mars 1881 : Tout cela va changer dans un avenir prochain, et notre pays si riche de souvenirs historiques et de monuments celtiques va voir sa clientèle de curieux décupler en raison des facilités qui vont surgir et des agréments qui s'offriront à eux. Cette révolution bienfaisante sera le résultat de l'exécution d'un projet grandiose conçu par l'un de nos compatriotes [François Marie ROUILLE], projet dont nous allons essayer de rendre compte.

Conleau - Moréac

Cette future station balénaire, nouveau quartier général des excursionistes du Morbihan, se composera de deux parties. L'une, l'île de Conleau déjà reliée au continent par une chaussée carrossable et consacrée depuis quelques années à une petite exploitation balnéraire. Cette île, véritable oasis jetée à l'entée du Golfe du Morbihan, va de nouveau être reliée au contienent, du nord au sud par deux digues éclusées dont la construction produira des résultats économiques considérables.
Un simple coup d'oeil sur le plan ci-joint les rendra frappants :

Elles auront pour effet de retenir les eaux des lais de mer à l'ouest et d'en faire des lacs salés où l'on pourra se baigner à toute heure.
Dans ce vaste estuaire du Vincin, nous aurons une pêcherie magnifique et de charmantes promenades nautiques. L'oeil et l'odorat ne seront plus blessés par ces vases attristantes que laissait à découvert le retrait de l'Océan, et les bords verdoyants du plus séduisant paysage seront de tous côtés baignés d'une onde claire et limpide.
La dique sud formera un trait d'union entre Conleau et Moréac domaine splendide aux arbres séculaires, sur le promontoire duquel casino, villas, châteaux, etc, vont s'édfifier comme par enchantement. Trois avenues superbes permettront de parcourir tout le domaine en voiture et de jouir d'ombrages incomparables que vainement ailleurs on rechercherait aux abords de la mer.

Conleau projet tramway
Mais ce n'est pas tout; les digues dont nous avons parlé formeront les premières assises d'une large voie de communication entre Vannes et Moréac (4km) où circuleront de concert véhicules ordinaires et tramway à vapeur.
Des travaux d'appropriation très faciles feront de la baie de Moréac un ban de haute mer à fond se sable fin et un port de refuge pour tous bateaux contre les vents du sud-ouest.

Carte postale ancienne MORBIHAN VANNES 30 LL le

 De cette baie partira chaque matin, à heure fixe, un élégant bateau à vapeur pour toutes le excursions du
Golfe et au délà. Ces promenades se feront sans la moindre fatigue et à moins du quart de prix des haridelles
(mauvais cheval efflanqué) d'Auray.


Un fin établissement d'hydrothérapie des plus complets, à l'eau de mer, sera édifié à Conleau d'après les données le splus récentes de la science et sous le patronage d'une célibrité médicale de Paris. De nombreux clients de notre docteur viendront y parfaire leur guérison et tout l'ouest de la France préfèrera venir se traiter chez nous que d'entreprendre le long voyage des Pyrénées où se dirigeaient jusqu'à ce jour les malades qui trouveront ici un traitement analogue et plus efficace encore.

D'après cette description toute sommaire, ne pouvons-nous pas prédire à ce futur Eden une vogue inouïe. Son cachet d'originalité ne rappellera acun autre établissement de ce genre. En outre, rien ne sera ménagé pour que le touriste soit assuré d'y trouver tout le confortable possible sans les dépenses exagérées que nécessitent les stations de renom. Du jour de l'achèvement des travaux, la renommée aux cent voix, vers notre pays si curieux et cependant encore peu connu. Hélas ! encore deux longues années d'attente !
P.S. Nous ne pouvons terminer cet article sans rencre justice à la nouvelle municipalité de Vannes qui a fait à notre compratriote le plus charmant accueil et vient de lui accorder par un vote unanime une subvention de 30,000 francs. Espérons que l'Etat usera à son égard de la même générosité à ce magnifique projet.

Ce projet semble bien perçu par les autorités municipales qui lui accorde une subvention conditonnée à la réalisaiton de la dite chaussée.

Rault & Lallement de conclure : Si ce que disent les journaux de l'époque est vrai, n'avait-il pas rêvé, M. ROUILLE, de faire de son île un petit Dinard avec avant-port relié au port de Vannes par une voie ferrée sur une nouvelle digue joignant Conleau à la pointe dite des émigrés et empruntant ensuite le chemin de halage pour gagner le Pont-Vert, puis la ville. Mais s'élevèrent bientôt des difficultés de toutes sortes qui mirent un terme à ses projets et à sa bonne volonté.

Découragé, déjà d'un certain âge, il renonça à continuer son œuvre et, par acte du 29 septembre 1885, il céda à M. PAVOT tout ce qui lui appartenait dans l'île.

6 Le developement de Conleau par M. Jean Marie LAPORTE : 

1886 Conleau Pavot

Au dénombrement de 1886, les résidents sont l'île de Conleau sont M&Mme PAVOT avec leur domestique, la famille HERVE, dont le père est le gardien de l'île, et la famille de Gustave OLIVAUX qui est limonadier, c'est à dire gérant du café-brasserie de Conleau. 

Conleau Plan appontement bois

Tout laisse à penser que ces 3 familles sont logées dans 3 maisons : l'ancienne maision de maître Thubé est occupé par la famille Pavot, L'ancienen cabane du passeur abrite soit le premier café de de Conleau tenu par les Olivaux, soit la famille Hervé. Une 3° maison a été batie.

1889 12 Laporte Conleau

Après le décès de M. PAVOT [1827-23/3/1889 Vannes], l'île de Conleau est acquise le 7 décembre 1889 par Jean Marie LAPORTE, le limonadier contracte un emprunt sur 15 ou 20 ans. Il va conforter la vocation balénaire de l'île. Un portail à l'éntrée de l'île marque l'arrivée à Conleau les Bains.

1891 Conleau

Au dénombrement de 1891, M. Hervé et sa famille sont toujours employés sur l'île comme gardien. Dans la troisième maison, cohabitent, Amélie SORLETE, débitante, âgée de 52 ans avec son domestique et M Basile Dréano et son épouse Marie Aufret. Mme veuve PAVOT a gardé l'usufruit de la maison après sa vente, Née Jeanne Marie LE DAUPHIN, surnommée Jenny, son surnom aurait pu être repris pour baptiser l'un des 5 chalets construits par MM. Rouillé/Pavot.

Jean Marie LAPORTE : natif de Betplan dans le Gers [8/9/1842], ce gascon a épousé une bretonne,Thérèse JOCET de Quimper. Limonadier à Vannes, propriétaire du café "L'Univers". La famille vit Place Napoléon (actuelle place de la mairie). Installés à Conleau ils auront quatre anfants, Jeanne Marie [12//1884], Jean Marie [23/1/1886, Marie Jeanne [14/8/1887] et Jeanne Thérèse [29/12/1888].

Conleau Portail entrée

1890 05 Casino Conleau ouvert

Le 1er juin 1890 Jean Marie LAPORTE organise de grandes fêtes à Conleau pour l'ouverture de son établissement Le Nouveau Café ou Grand Café ou Casino de Conleau. Il mettra autant d'investissement le 7 juin 1891 afin d'asseoir sa nouvelle activité. L'adjectif "nouveau" laisse à penser que cet établissement remplace l'ancien café de Conleau dont on ne sait exactement l'emplacement. L'actuel Corlazo près de la piscine ou une batisse détruite ou réaffecté à un autre usage?

Conleau café

Conleau Grd Café cabines

Conleau café vue

Le Grand Café construit sur la rive sud de l'île, offrait une fenêtre sur la baie de Conleau. Il ne désignait pas un lieu de jeu d'argent, mais plutôt un cercle de rencontre, avec dancing et restaration. Le Grand Café a dû supplanter le premier restaurant de Conleau lancé par François Marie Rouillé.

1901 Conleau Laporte Mandart

Dès ses débuts, M. LAPORTE cède la gérance du "casino" de Conleau à M. Hilarion MANDARD comme nous l'indique cette coupure de presse et le dénombrement de 1901 ci-dessus. La famille LAPORTE habite sur l'île de Conleau comme les passeurs Marie LOISEAU et son mari Julien LE GUIL qui vivent dans un sinagot transformé en habitation. [lire histoire des passeurs].Cette vieille carte postale, montre que près de la piscine, la batisse, n' a pas l'appararence d'un restaurant mais plutôt d'une habitation. A quand remonte la présence d'un restaurant dans ces murs?

Conleau vers 1900 LE GUIL barque aménagée

1899 05 Mandart Conleau

 

1901 04 Conleau cale

 

Courant 1901, l'appontement en bois au bout de l'île de Conleau laissera place à une vraie chaussée d'embarquement et de débarquement. des bateaux-vapeur en provenance du port de Vannes et des îles du Golfe. Conleau passagers Nozais

1904 10 Racaht Conleau Laporte

En octobre 1904, M. LAPORTE propose à la ville de Vannes d'acheter l'île de Conleau qui ne donne pas suite. En avril 1906, il inaugure l'hotel-restaurant Beauséjour. Si on regarde attentivement les vieilles cartes postales, il semble que pour bâtir cet hotel, M. LAPORTE ait suivi les plans du bâtiment administratif prévu par Rouillé (croquis n°8) et non ceux de son hôtel (croquis n°2). [Vérifier les actes notariaux]

Conleau 02 Hotel café

n°2 : Hôtel prévu par Rouillé - n°8 Bâtiment administratif prévu par Rouillé

1906 04 Conleau Hotel Beauséjour

Conleau Hotel de Beauséjour

Hotel Beauséjour Resta café

L'hotel Beauséjour fut bati pour accueillir les premiers amateurs de bains de mer. Il offrait un café et un restaurant au rez-de-chaussée. Il complétait l'offre des villa et élargissait la clientèle. Il existe toujours à Conleau le bâtiment central de cet ancien hotel.

Conleau Hotel Beauséhour Roof

A droite sur cette carte postale Cim, ce qui reste de l'ancien hotel Beauséjour dont une aile a été rebattie en style néobreton. A droite l'hotel Le Roof, construit à la place du Grand Café, photographié avant son agrandissement.

 

7 Conleau depuis la Première Guerre Mondiale : 

L'arrivée des soldats américains fait resurgir le projet d'un avant port à Vannes et d'une ligne de chemin de fer passant par Conleau.

1918 09 Conleau Train Samy

Avant la fin de la guerre, en juin 1918, les pins de l'île de Conleau sont vendus à un bucheron malgré l'intervention des "Amis de Vannes". 

M LAPORTE n'aura pas réussi à obtenir de la ville de Vannes et des Domaines, un sentier public qui fait le tour d'une île privée. Si bien que ses héritiers se résolvent à vendre à la ville de Vannes en novembre 1919.

 1921 02 Vannes Conleau Héritiers

1919 11 Conleau Embellissement

Propriétaire d'une partie de l'île, dont les pins ont été abattus pendant la guerre, et de la piscine d'eau de mer, la ville de Vannes s'attace à redonner au lieu un aspect balnéaire. Elle commence à embellir l'île de Conleau par des plantations d'arbres. La piscine est réouvert le 27 juillet 1921. Elle sera dotée de plongeoirs en bois avant que la digue ne soit renforcée par du béton. Le marcéchal des Logis Valy, moniteur d'instruction physique, assure la sécurité des baigneurs.

Collection REMA Conleau café

1921 07 Conleau piscine

1921 09 Piscine Moniteur
1919 08 Conleau Martin Oizan Maige

La Grand Café est racheté par Louis MAIGE, limonadier, aux deux propriétaires Eugène MARTIN et Albert OIZAN. Celui-ci le cèdera en 1921 à M. LORANS qui lui même le vendra en 1923 à Henri MOLLE.
1923 08 Molle Conleau Café Lorans

1921 09 PUB Café Conleau

En juin 1923, Julien LE GUIL, le père de Jean Marie LE GUIL, dit P'tit jean, passeur entre Conleau et Barrarach décède après une chute dans l'eau.

1923 Conleau Le Guil mort

Conleau Grd Café fin

Cette carte postale Lansol (Source Musée de Bretagne) montre à gauche l'ancien hotel Beauséjour et en haut à droite la toiture du Grand Café avant sa démolition. Il était flanqué de très long appentit. En bas à droite, les anciens hangars du projet Rouillé réaménagés en habitations, aujourd'hui détruites et remplacées par des places de parking de l'hotel Le Roof.

1935 10 Molle vendéens

En  août 1923, Henri MOLLE, natif de Vendée, maître d'hotel au Grand Hotel du Commerce et de l'Epée à Vannes avec son épouse Albertine LE BOURVELLEC, achètent à Adolphe LORANS, le Grand Café connu aussi sous le nom de casino. Il s'agit d'un bar brasserie qu'il gère avec son épouse native de Séné. Dès 1930, M. Mollé, obtient la création d'un parc à huîtres plates sur le Vincin qui feront la réputation de son restaurant.

1930 06 Molle LOUISE

Conleau debit boissons

Cet article de 1932, indique l'existante près de la petite cale de Conleau, d'un débit de boissons tenue par une certaine "Louise". La mention "DEBIT BOISSONS" apparait sur cette vielle carte postale écrite sur le pignon de la batisse. Le nom perdurera jusque dans les années 1990. Il deviendra par la suite Le Corlazo.

Le chalet guinguette d'un seul étage encore visible à Conleau, daterait des années trente.[verifier notaire]. Il arbore une plaque où on lit "Café Gilbert".

Conleau La Cabane Café Gilbert

Après la seconde guerre mondiale, la fille d'Henri MOLLE et son gendre reprendront l'affaire. En 1962, la Grand Café est démoli pour laisser place à un hotel moderne de 12 chambres, baptisé "Le Roof".

Conleau Le Roof

À l’époque, l'eau courante, l’électricité et le téléphone n’existent pas encore sur l’île, se souvient Henry Mollé. En 1987, M. & Mme NOHE vendent leur établissement à M. Raboin. Le nouveau propriétaire a pour projet d’agrandir ce lieu d’exception et d’en faire un hôtel de prestige. Il fait construire un deuxième bâtiment sur la propriété. Son hôtel compte désormais 40 chambres et 125 m2 de salon.

Dans les années 30; il bénéficie rapidement du développement de l’activité touristique de la presqu’île. En effet, chaque été, fêtes nautiques et régates animent Conleau, attirant au passage un grand nombre de spectateurs.

En 1989, l’hôtel veut changer de clientèle et de standing, et planifie huit mois de travaux pour rénover les lieux. À sa réouverture, Le Roof passe de 2 à 3 étoiles, un « moment marquant et une fierté » pour le personnel de l’hôtel qui travaille encore dans l’établissement.

8 Le camping de Conleau : 

Terminons cette "intrusion sinagote" sur la commune de Vannes en évoquant le camping de Conleau qui aurait certainement séduit François Marie ROUILLE. Il fut lancé en 1961, sans doute pour organiser le camping "sauvage" sous le bois de Conleau. et installé de l'autre côté de la chaussée batie par Rouillé. Longtemps municipal, le camping sera concédé en 2012 au groupement Flowers Camping.

Conleau Camping 0a

Conleau camping 3

Conleau campoing 5a

Depuis quelques années, un nouveau service de passeurs rapproche Conleau de la presqu'île de Langle pour mieux en rappeller leur histoire commune.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la faillite personnelle de Charles AVROUIN FOULON en novembre 1858, la ville de Vannes et les commissaires en charge d'organiser les régates,abandonnent leur activité début 1859. L'émoi dut être grand au sein de la communauté du yachting vannetais car il faudra attendre le 6 août 1865 pour qu'une nouvelle édition soit organisée.

1865 04 Regates vannes avril

Cet article d'avril 1865, nous indique que le 23 avril 1865 se tint à la mairie de Vannes à 19H30 une réunion en vue de la refondation d'une nouvelle société des régates à Vannes.

1868 Yacht SRV creation bureau

Cet autre article de la revue LE YACHT de juillet 1868, confirme que la Société des Régates de Vannes vut le jour en avril 1866

1866 06 Ste Regates Bureau

Cet article de juin 1866, nous donne la composition des 10 membres de la SRV qui après 8 ans d'interruption, organisèrent l'édition des régates de 1865. On y retrouve deux membres de la première équipe qui fondit la 1èree structure en 1854-1855 :

Paul Marie Thomas PELLE DE QUERAL [9/9/1805-13/5/1874], médecin à Vannes;

Lecarpentier Légion Honneur

Louis Etienne LE CARPENTIER [18/12/1808 Lorient - 22/02/1880 Vannes], Commissaire de Marine, Officier de la Légion d'Honneur..

et des notables de Vannes amateurs de plaisance :

Armand François Marie TASLE [1802-9/3/1876], botaniste, naturaliste, membre fondateur de la Société Polymathique du Morbihan, qui fut maire de Vannes de 1839-1846. Il fut également parmi les fondateurs en 1843 de la Société des Courses de Vannes qui organisait les courses à l'hippodrome de Cano. [lire article dédié].

Jean Baptioste Fortuné PAVOT,[1827-23/3/1889 Vannes], ancien chef de division à la Préfecture, secrétaire rédacteur au Conseil Général du Morbihan et propriétaire de l'Etablissement des Bains de Conleau, qui à sa mort sera repris par M. J.Laporte (puis Mandart en 1900). Rédacteur du Journal de Vannes.

Louis Fleury Arthur PANCKOUCKE [6/8/1831 Meudon - 23/2/1893 Paris], éditeur de presse dont le Journal de Vannes, (petit-fils de l'éditeur de l'Encyclopédie de Didérot) propriétaire du manoir de Roguédas racheté en 1867 à la famille Avrouin-Foulon.

Jules Louis BESQUEUT, [25/5/1802-17/4/1879], Conseiller Général du Morbihan (1861-1870), propriétaire des Forges de Kérino.

Besqueut

Vincent POCARD du COSQUER de KERVILLER [4/9/1804-19/9/1879], Lieutenant de Vaisseau

Charles VINCENT, Négociant à Vannes.

JOURDAN, à identifier

xxxx RAISON, propriétaire d'un bateau, à identifier.

1865 Société Regate refonder

1866 06 SRV but asso

Le 20 mai 1865, la nouvelle Société des Régates de Vannes est reconstituée dans le but de développer le goût des embarcations, de stimuler toutes les industries qui se rattachent à la marine, de donner une preuve d'intérêt aux populations du littoral, enfin, d'offrir une agréable dstraction aux souscripteurs et au public.

Les régates auront lieu le 6 août 1865.

1866 08 Regates Roguedas

L'édition du 26 août 1866, qui se tient au large de Kervoyer et Roguedas en Arradon, est mieux décrite par la presse locale de l'époque. Une tribune est dressée à terre sur la butte qui domine l'espace marin des courses d'où les officiels parmi lesquel M. Le Prefet, peuvent suivre les courses. La musique de l'Orphéon concours à l'ambiance. L'aviso à vapeur Pélican du commandant Orsel, abrite les commissaires.

1867 Regates Arradon

La 1ère course est réservée aux embarcations de plaisance avec dériveur de moins de 5 mètres. La 2° course voit s'affronter la Gazelle et la Giralda, bateaux de plaisance avec dériveur de plus de 5 mètres. La 3° course rassemble des bateaux de plaisance sans dériveur de moins de 7 mètres et la 4° de plus de 7m.

La 5° course est réservée au embarcations de pêche, de pilotage et de service. Dans cette catégorie, pas moins de 33 sinagos sont inscrits. Le 1er prix est attribué à Boquet, patron, on dirait aujourd'hui skipper, du Pierre-Julien. puis par ordre d'arrivée, le Saint-Jacques, patron Lefranc Jacques, la Bretagne, patron Le Priol, la Ville de Paris, patron Doriol et le Jeune-François, patron Vincent François Lefranc.

La 6° course est réservée aux grandes chaloupes de pêchent, "ces excellentes embarcations qui chaque jour partent de Houat, d'Hoëdic, de Belle-Ïle et de Groix, pour aller affronter les plus rudes coups de mer".

La dernière courses dite des Vainqueurs, réunit l'ensemble des vainqueurs des précédentes courses. Les régates se poursuivent avec une course à l'aviron, une course réservée aux embarcations de l'Etat et une course à la godille ménée cette année par 3 mousses. (Lire l'article complet en attachement).

Les éditions successives, avec le même succès et la même organisation se dérouleront le 28 juillet 1867, les 15 et 16 aout 1868 et le 22 août 1869

1870 07 vannes regates

En 1870, les régates d'essais de Boëdic ont lieu el lundi de Pentecôte. Les régates de Vannes se déroulent le dimanche 10 juillet 1870. Le 19 juillet la France déclare la guerre à la Prusse.

En 1871, peu de journaux dans les archives du Morbihan mais on trouve trace de régates à Locmariaquer, pas de régates à Vannes. 

1872 Regates Roguedas

Après la destitution de Napoléon III et l'avènement de la III° République, les Régates de Vannes sont à nouveau organisées le 15 septembre 1872 au large de Roguédas. Quelques 8 courses se déroulent où plusieurs bateaux jouent des courants et de la brise. L'Amphitrite de messieurs Normand, l'América de M. Sosson et le Sainte-Anne de M. Panckoucke. Une 1ère course de bomboats voit le jour et les marins de Séné sont nombreux à rivaliser entre les pointes de Roguédas et de Béluré.

1872 Regates sinagots

En 1873, la Société des Régates de Vannes organise pour la première fois une petite course autour de l'île de Boëdic le 2 juin, lundi de Pentecôte. Le programme est annoncé dans le Journal de Vannes du 24/5/1873 :

"Les canotiers vannetais remercient les souscripteurs qui se sont intéressés à leur oeuvre. Leur bienveillant concours permettra de distribuer bon nombre de prix aux vainqueurs. Des musiciens amateurs se sont gracieusement joints aux canotiers pour égayer la fête. Au programme : départ de Vannes à neuf heures, annoncé par l'artillerie des régates. Les mucisiens, placés à bord d'un des bateaux de plaisance, exécuteront à deux heures. Le retour aura lieu vers sept heures du soir. Les bateaux se formeront en ordre au Pont-Vert pour faire leur rentrée dans le port. La musique jouera. Les personnes désireuses de se rendre à Boëdic trouveront, dès neuf heures, au quai, de nombreux bateaux pour les y transporter. Les canotiers prendront à la chaussée de Roguédas, les amateurs qui voudriaent passer à Boëdic."

1873 06 08 Régate Boedic

Cette même année, les régates de Vannes prennent une nouvelle dimension et se structurent sous l'égide du Yacht-Club de France. Des tribunes sont montées à la ferme de Roguédas et les courses se déroulent sur le plan d'eau de l'ïle d'Arz. Pas moins de 7 courses se succèdent par longueur de bateau. Les Forbans du Bono et les Sinagos de Séné ont leur propre épreuve. Une course à l'aviron et à la godille concluent le programme.

1873 regates vannes titre

Malheureusement, l'édition du 6 juillet 1873 est endeuillée par le décès du marin de Séné, Jean François LE DORIOL [5/3/1848-6/7/1873] qui tombe à l'eau et se noie alors qu'il barait le sinago Deux-Frères.

1873 07 regates vannes

Les années suivantes, les régates de Vannes se succèdent. On retrouve grâce à la presse numérisée les dates des éditions : Le 12 juillet 1874; le 18 juillet 1875; le 6 août 1876; 22 juillet 1877.

1876 SRV comite

En 1876, le bureau de la Société des Régates de Vannes est composée de :

COSTE, Commissaire à l'Inscription Maritime, Président honnoraire;

Jean Baptiste Fortuné PAVOT,[1827-23/3/1889 Vannes], ancien chef de division à la Préfecture, secrétaire rédacteur au Conseil Général du Morbihan et propriétaire de l'Etablissement des Bains de Conleau, qui à sa mort sera repris par M. J.Laporte (puis Mandart en 1900).

Emile BESQUEUT, le fils du conseiller général, maître des Forges de Kerino vice-président.

Auguste Adolphe Marie VERGE [25/9/1843-2/12/1902] banquier à Vannes, Conseiller municipal de Vannes et membre du Tribunal de Commerce.

Charles VINCENT, Négociant à Vannes.

Camille PEYRON, à identifier

SOSSON, à identifier, propriétaire du bateau América.

1876 Sosson América

Julien Marie, dit Jules NORMAND, [6/12/1841-21/11/1901 Auray], originaire de Redon, entrepreneur en travaux publics à Vannes, propriétaire du bateau Amphitrite. Il meurt lors d'un accident de train en gare d'Auray.

BOURDONNAY, à identifier

SAVARY, à identifier

A.de la MORVONNAIS, à identifier

CREQUER, à identifier

F. LUCAS, à identifier

Ces notables organisent les régates de Vannes qui ont lieu le 28 juillet 1878 et le lundi de Pentecôte de cette année, soit le 4 juin 1878 ont lieu les premières Régates de Conleau qui seront renouvellées le 14 juillet 1878.

Depuis novembre 1876, MM PAVOT et ROUILLE ont acquis l'île de Conleau. François Marie ROUILLE, qui a fait fortune à Paris, s'attache à transformer l'île boisée de Conleau en une petite station balnéaire [lire l'article sur l'histoire de Conleau]. Il commence par établir une digue route qui rattache l'île au continent, facilitant ainsi l'arrivée des promeneurs et des premiers touristes. Il obtient l'accord des autorités pour installer un ponton au sud de l'île, en "eaux profondes", à même d'accueillir des bateaux à vapeurs en provenanance du Port de Vannes. Ces équipements rendent attrayant le lieu et le bureau de la Société des Régates, dans lequel siège M. PAVOT, associé de M. ROUILLE, décide d'organiser des régates de Conleau. 

Les années suivantes la Société des régates de Vannes continuent d'organiser des régates de Vannes au large de l'île d'Arz. On retrouve les programmes des éditions du 20 juillet 1879 et du 4 juillet 1880.

1881 Société Nautique

En 1881, l'Avenir du Morbihan annonce la réunion de la Société Nautique de Vannes mais curieusement, malgré plusieurs mots clefs (nautique, courses, régate) on ne retouve trace des régates de Vannes en 1881, uniquement des courses nautiques le 10 juillet 1881 entre bateaux sinagots comme l'indique cet article de l'Avenir du Morbihan.

1881 Regates Vannes Roguédas

Gilles MILLOT dans son ouvrage Sinagots, une communauté de pêcheurs en Morbihan Editions Hengou, en donne une explication : les régates sont annulées du fait de dissensions entre les menbres de la société nautique. Ces dissensions sont sans doute à mettre en rapport avec le projet de François Marie ROUILLE de poursuivre la transformation de Conleau en une petite station balnéaire et à une querelle au sujet de l'organisation du congrès d'archéologie à Conleau.  [lire l'histoire de Conleau].

C'est le Commissaire de l'Inscription Maritime du Quartier de Vannes qui sauve la situation et écrit à son supérieur : Mon intention, Monsieur le Commissaire Général, est de faire des courses de pêcheurs de Séné sous mon unique direction avec la commission des syndicats des gens de mer. Avec 100 francs accordés aux régates de Vannes, j'aurai donc des fonds nécessaires pour organiser une fête agréable aux pêcheurs et profitable à leur famille. Il y aura envrion 80 bateaux à courir, bien des régates n'offrent pas un pareil nombre de concurrents".

En 1881, il y aura bien des régates à Lorient (le 7 août) et à Carnac (le 24 juillet) mais aucune "vraies" régates à Vannes.

1882 07 Vannes regates ou pas

En 1882, la presse donne le programme des régates de Lorient (13-14 août) et de Carnac (20 août) qui furent décalées pour garantir une affluence à celle de Vannes prévues le 27 aout. Mais curieusement, sur plusieurs journaux et même à supposer des numéros manquants, on ne retrouve trace de ces courses de 1882. En 1883, on retrouve les régates de Lorient du 5 août mais rien sur Vannes comme en 1884 et 1885.

1882 regates morbihan

Cette absence de régates est confirmée par cet article de presse qui dresse la liste des régates régionales annoncées en 1882.Vannes n'y figure pas comme en 1884..

 1886 02 Ste Regate Vannes reconstitution

1886 02 Societe Regate

Ces articles de 1886 nous indiquent que les dissensions entre ses membres prennent fin et que la Société des Régates de Vannes est reconstituée au printemps de 1886 par 7 membres, notables de la ville : 

Joseph Camille CHABERT, [15/2/1834-23/12/1905] Trésorier général, Président.

 Jean Baptiste Fortuné PAVOT,[1827-23/3/1889 Vannes], ancien chef de division à la Préfecture, secrétaire rédacteur au Conseil Général du Morbihan et propriétaire de l'Etablissement des Bains de Conleau, qui à sa mort sera repris par M. J.Laporte (puis Mandart en 1900).

 Auguste Adolphe Marie VERGE [25/9/1843-2/12/1902] banquier à Vannes, Conseiller municipal de Vannes et membre du Tribunal de Commerce

Julien Marie, dit Jules NORMAND, [6/12/1841-21/11/1901 Auray], originaire de Redon, entrepreneur en travaux publics à Vannes, propriétaire du bateau Amphitrite. Il meurt lors d'un accident de train en gare d'Auray.

Lucien LAROCHE [28/03/1855 Savenay-3/03/1912 Vannes], est un luthier, professeur de musique et organiste français ainsi qu'une personnalité culturelle vannetaise. Originaire de Paimbœuf, il s'installe à Vannes dans les années 1880 où il ouvre une boutique de distribution et de réparation d'instruments de musique : Aux Bardes & Sonneurs de Bretagne; Personnalité locale incontournable, il cumule les engagements : président de la Société des Régates, président de la station vannetaise des Hospitaliers-Sauveteurs Bretons, membre fondateur du syndicat d'initiative, membre fondateur de la Compagnie Vannetaise de Navigation, membre fondateur des Amis de Vannes et premier président. Passionné par la musique, il est directeur de la société lyrique l'Athénée musical et de l'ensemble Philharmonique. Il fonde le conservatoire de Vannes en 1908.

GRANGER, à identifier,

Albert Georges Ernest AMIET, [3/3/1854-3/8/1913], ancien officier de marine, Trésorier des Invalides de la Marine à Vannes le 31 mai 1884, Chevalier de la légion d'Honneur le 11 juillet 1892.

A partir de1886, les Régates de Vannes vont vivre leur âge d'or pendant plusieurs décennies jusqu'à la Première Guerre Mondiale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On le sait, l'île de Conleau, bien que située sur la commune de Vannes, séparée de la presqu'île de Langle par un goulet parcouru par de forts courants, n'en reste pas moins très familière aux Sinagots et un lieu intimement lié à leur histoire.

1883 Passage sur Conleau Passeurs

Le goulet de Conleau et la Baie de Séné.

Notez la pointe des Trois Sapins

Jadis, les passeurs de Conleau - en fait pour la plus part des marins et des pêcheuses de Séné - faisaient passer de la butte de Bellevue à la plage de la Grenouillère nombre de pêcheurs allant vendre leur poisson au marché de Vannes, nombre de promeneurs venant découvrir le littoral de Séné, et nombre de spectateurs qui accouraient voir les fêtes nautiques.

Régates de Vannes, régates de Conleau, régates de Boëdic, plusieurs courses nautiques furent organisées entre Conleau (Vannes), Roguédas (Arradon), Boëdic (Séné) et l'île d'Arz.

En plusieurs volets, nous essaierons de démêler et de parcourir plus de 150 ans d'histoire de yachting à Vannes et dans le Golfe du Morbihan.

Les premières Régates de Vannes (Conleau-Boëdic)

On ne le redira pas assez, le travail de numérisation de la presse ancienne, réalisé par les Archives du Morbihan est d'un précieux recours pour l'historien local.

Les premières régates : 1854 à 1857 : Création de la Société des Régates de Vannes

1854 08 Regates annonce

En ce temps-là, la France est un Empire dirigée par Napoléon III. Depuis octobre 1853, La France et l'Angleterre, alliées à la Turquie freinent en Crimée l'expansionisme russe. Napoléon III a développé sa marine qui amènent des fantassins et des marins en Bulgarie puis qui débarquent en Crimée. Une vingtaine de jeunes marins de Séné mouront du choléra sur leur bateaux ou périront noyés dans le naufrage de la Sémillante le 16 février 1855 dans le détroit de Bonifacio. Quant à la guerre de Crimée, elle finira en 1856.

Lire articles sur la guerre de Crimée.

Embarquement des troupes TOULON

En Europe, venant d'outre-Manche, le yachting se développe. La société des régates du Havre est crée en 1842. Ce nouveau sport va se répandre sur les côtes françaises et bretonnes.

Les premières courses nautiques à Vannes datent du dimanche  20 aout 1854 et se compose de 4 courses plus une courses dite des "vainqueurs". Elles sont annoncées dans la presse.


1854 08 Regates commissaires

L'article nous donne également le noms des commissaires qui les organisèrent. Il ne parle pas encore de la Société des Régates de Vannes qui sera fondée plus tard. Vannes compte déjà avec la Société Polymathique du Morbihan crée en 1826 et la Société des Courses (hippique)  fondée en 1843.(lire article sur l'hippodrome de Cano)

Les commissaires fondateurs : 

Président, M. le maire de Vannes : François Jollivet de Castelot [1/9/1821-6/6/1854] était maire de Vannes sans doute lors de la génèse du projet. Suite à son décès, son adjoint, Jean LALLEMENT [1802-1872] sera élu maire et assurera la présidence des commissaires.

Vice-Président, Louis Etienne LE CARPENTIER [18/12/1808 - ], Commissaire de Marine

Secrétaire, et trésorier, Jules AVROUIN-FOULON [5/2/1829-5/1/1908] jésuite, fils de Charles Gatien AVROUIN FOULON, [28/05/1790-22/08/1860] Receveur Général des Finances du Morbihan 

Marie Albin MAGNIER de MAISONNEUVE [28/8/1810 - Strasbourg - 13/8/1864 - Vichy], Inspecteur des Douanes

Paul Marie Thomas PELLE DE QUERAL [9/9/1805-13/5/1874], médecin à Vannes

GREGOIRE, à identifier,

MONTFORT, à identifer.

1854 Regate Arz Boedic DEBUT

Cet article du Courrier du Morbihan indique que ces régates du dimanche 20 août 1854 se déroulèrent sur la plan d'eau entre l'Île d'Arz et l'ïle de Boëdic. Le journaliste précise qu'il s'agit "d'un nouveau plaisir offert aux habitants de Vannes et qui leur est inconnu", soulignant qu'il s'agit bien des toutes premières régates organisées à Vannes.

1854 08 Regates Courrier 56

Cette première édition fut un succès : Ces régates, les premières qui aient été organisées à Vannes, ont eu lieu dans le Morbihan, en face Roguédas, et ont été inaugurées par un grand concours de bateaux qui s'y sont disputé les prix, et par une affluence très considérable de curieux, soit de la ville, soit des communes du littoral. Un temps superbe et la beauté du site où avaient lieu les courses ont fait de ces joutes un spectacle magnifique, dont tous les assistants ont été parfaitement satisfaits, et qui encouragera, nous n'en doutons pas, Messieurs les commissaires qui ont si bien réussi cette fois, à renouveller chaque année une fête aussi attrayante".

Ce premier compte rendu paru dans le Courrier du Morbihan en août 1854, indique que les courses se déroulent au large de Roguédas en Arradon, non loin du Manoir de Roguédas, propriété de Charles AVROUIN FOULON. Les régates de Vannes comportent une course à l'aviron et 4 courses à bateau à voile.

Dès la première édition, les marins de Séné disposent d'uné épreuve réservée aux bateau aux voiles ocre. Le Franc, patron du Léopold, Rolland, patron du Requin, Doriol, patron de la Pérote, Danet, patron du Saint-Marc et Loiseau, patron du Saint-Joseph, remporte des prix. Il n'y a pas encore de courses à la rame où les pêcheuses et pêcheurs de Séné viendront rivaliser d'efforts.

L'Annuaire Français de 1899 précise que la Société des Régates de Vannes fut crée en 1855 et disparut quelques années plus tard avant d'être à nouveau reconstituée en 1886. On peut penser que le succès des premières régates poussèrent les commissaires à pérenniser courant 1855 une première structure pour s'occuper des prochaines régates sur Vannes.[rechercher un document l'attestant]

1899 SRV création

L'annuaire oublit les autres interruptions dans l'activité de la Société des Régates de Vannes que nous allons découvrir au fil de ces articles.  La première interuption interviendra rapidement, quelques années après les premières régates de 1854.

1865 Regates Refondation

Cet article du Journal de Vannes, daté du 22 avril 1865, donne l'origine à l'arrêt des régates à Vannes, "la chute d'une famille qui en avait pris l'initiative". On pressent, la ruine ou la faillite d'un mécène fortuné, amateur de yachting à ses heures perdues et membre fondateur de la première Société des Régates.

Mais qui était-il? Qui furent les fondateurs de la première Société des Régates de Vannes?

1865 Société Regate refonder

Cet autre article situe l'arrêt des premières régates à la fin de la décennie 1850-1859. En recherchant sur le site des archives du Morbihan, et sur cette année 1858, on trouve un grand nombre de faillites d'entreprises dont celle de Charles Gatien AVROUIN FOULON, Receveur Général des Finances du Morbihan [28/05/1790-22/08/1860], banquier qui fit banqueroute peut-être suite à la crise financière américaine des années 1850.. [Lire article dédié].Plusieurs indices plaident en faveur de cette hypothèse.

Afin de rembourser ces dettes, ses biens furent vendus et aux côtés de sa propriété de Roguedas, là où étaient accueillis les officiels, figurait des embarcations comme nous le précise cet article de presse, notamment un bateau du nom de La Perle, qui barré par son autre fils Maurice Louis AVROUIN FOULON, gagnat des courses lors de ces premières régates à Vannes.

1859 Avrouin faillite bateaux

Jusqu'à la faillite de Avrouin, à 4 reprises, de 1854 à 1857, des courses nautiques à Vannes se déroulèrent au large de Conleau et Séné et en face Roguédas en Arradon, Le goulet de Conleau offrant un amphithéâtre maritime propice pour l'accueil des spectateurs.

Parmi les premiers adeptes du yachting à Vannes, on note les propriétaires de bateaux, Avrouin, De Quéral et Raison.

1855 Vannes Regates Roguedas

L'édition suivante, se tiendra le 9 septembre 1855 au large de la pointe de Roguédas. Le compte rendu de l'édition du dimanche 31 août 1856 offre plus d'informations. Plus d'une trentaine de marins sinagots participent à la 3° courses qui leur est réservée. Entre Vannes, Moréac-Roguédas, Barrarach et l'Île d'Arz, et bien que l'île de Conleau ne soit pas encore raccordée au continent [lire l'histoire des Passeurs de Conleau], il est fort à parier, que des marins de Séné assuraient pour ces régates, le passage des spectateurs venus en nombre assister aux courses nautiques.

1856 Regates Vannes Sinagot

Arradon Château Roguedas

La 4° édition des régates, le 30 aout 1857, sera tout aussi réussie, si on en croit l'article paru dans le Foyer breton :

"Ce jour-là Roguédas ouvre à la foule accourue de Vannes et de tous les points de la côte, son parc, ses jardins, sa chapelle et ses terrasses, d'où l'on domine la vaste nappe du Morbihan, que sillonne des centaines d'embarcations : canots, barques, sinagots, forbans, chaloupes, chasses-marées, sloops, etc..C'est un spectacle féérique, un point de vue que Meudon, Saint-Cloud, Versailles, ces royales demeures, paieraient fort cher et envieront toujours . "J'ai vu bien des régates; je n'ai jamais rencontré plus beau bassin". Et ces paroles étaient accueillies par un assentiment général. La foule courronnant la pelouse et les terrasses de Roguédas; bon nombre de spectareurs, demeurant sur leurs embarcations, afin de jouir de la fraîcheur d'une très légère brise de mer, étaient venus prendre place entre les terrases de laquelle M. Le Carpentier, commissaire de la marine, présidait à la joûte. A gauche, se dessinait la côte de Séné, l'île de Boëdic; à droite se montrait la côte d'Arradon et les hauteurs de l'ïle aux Moines; en face, dans le lointain, se confondaient avec l'eau les terres basses de l'ïle d'Arz; sur le tout s'étendait l'azur du ciel à demi-voilé par de legers nuages, semblables à une gaze semi-transparente, étendue pour préserver spectareurs et acteurs des rayons ardents du soleils d'août."

1857 Vannes Regates

GOLFE du MORBIHAN VANNES la CATHEDRALE PROMENADE 57

En décembre 1858, le banquier Charles AVROUIN FOULON, receveur général du Morbihan, sera jugé par le Tribunal de Vannes et la faillite personelle est prononcée. Durant toute l'année 1858, on réussira à masquer l'affaire d'autant que la Bretagne reçoit en août la visite de l'Empereur Napoléon III.

1858 08 Fete Venitienne Port

Le 15 août 1858, Napoléon et l'impératrice Eugénie arrivent à Vannes en provenance de la basilique d'Auray. On organise une Fête Vénitienne au port.1858 08 avrouin legion

Ironie de l'histoire, Charles AVROUIN-FOULON sera parmi les promus à la légion d'honneur à l'occasion de la venue de l'Empéreur à Vannes. Il quittera la ville et décède à Nantes le 28/8/1860. 

On ne retrouve pas d'article parlant de régates sur le site des Archvies du Morbihan pour cette année 1858 et les suivantes jusqu'à 1865. Après la visite de l'Empereur, parmi les notables vannetais, l'heure n'est plus à la dépense, d'autant que la ville de Vannes a perdu de l'argent dans la faillite du receveur général. L'émotion suscitée par cete faillite, au sein de la communauté de la belle plaisance de Vannes, mettra plusieurs années à se dissiper.

En 1865, une nouvelle équipe fera renaitre les régates, organisera des croisières sur le Golfe et des fêtes vénétiennes à Vannes.