logo
mercredi, 01 mai 2019 16:34

Les écoles de Séné dans l'Entre-Deux-Guerres (3)

Les écoles dans l'entre deux guerres :

1912 Ecolières à Pont Scorff Maxime Clément 1877 1963

1918 Annuaire 56

L'annuaire Lallemand de 1918 nous rappelle qu'au sortir de la Grande Guerre, le maire de Séné est E MOUELLEC, le recteur OLLIER et Séné compte 2801 hab (données de 1911). Ll'enseignement privée catholique dispose de la récente école Sainte-Anne, inaugurée en 1911 et située au débouché du Pont-Lis, à côté de l'école Saint-Patern des garçons. Les insituteurs LE GREGAM et Mlle LE DUC sont en poste.

Ste Anne Calvaire Ecole
Cette photo montre au second plan, derrière le calvaire, l'école Sainte-Anne flanquée à chaque aile d'une maison, sans doute des logements d'instituteurs rajoutés dans l'entre deux guerres ou bien un préau ou un réfectoire.

Ste Anne AncienBat

Après 1918, notre commune compte deux écoles publiques pour accueilir les enfants. L l'Ecole de Bellevue emploie Mlle. THOMER et Mlle GUILLEVIC et l'école du bourg est dirigée par M. LE VIAVANT et Mme SAMZUN . Où se situe l'école publique du bourg? Est-elle encore près de la mairie ou a-t-elle déjà migré vers la rue Principale ?

1910 Ecole ancienne
Les cartophiles attachés à notre commune, connaissent bien cette vue de l'ancienne école du bourg. Emile MORIN nous apprend qu'elle fut inaugurée le 2 aout 1910 [retrouver la source]. La batisse apparait déjà au cadastre de 1845. Elle fut sans doute aménagée en école avec une cour.
Le plus probable est que ce bâtiment ait été l'école privée du bourg qui fut confisqué par l'Etat vers 1910 et transformée en école publique. Etait-elle mixte ou bien que de garçons? Emile MORIN nous dit que l'école publique des filles demeura quelques années encore près de l'ancienne mairie (actuelle salle des fête). Ainsi, on préféra scolariser les garçons dans la nouvelle école rue Principale et laisser les filles dans l'ancienne école près de la mairie,

1880 sene ecole filles

1924 Ecole garcons travaux

Sene ecole REPERE

Vue de l'école avant la salle des fêtes
Une autre date importante pour comprendre la localisation des écoles : la construction de la nouvelle mairie rue Principale (lire article), inaugurée en 1930 par le maire Henri Ménard (lire article dédié). Il semble qu'un préau existait entre la toute nouvelle mairie et l'école des garçons. Ce bâtiment reçut en premier les garçons et ensuite il devint mixte.

On peut suivre la succession des instituteurs en poste dans la commune grâce aux différents dénombrements de la population.

Au dénombrement de 1921, L'école de Bellevue est toujours tenue par Auguste THOMER [14/5/1885 Sarzeau] et sa femme Jeanne LOUEE [24/10/1887 - 22/8/1958]. Les écoles publiques du bourg emploient Angelina ISEMBOCK [28/10/1880 Versailles - 18/6/1945 Vannes] qui a épousé Joseph Sevin, ostréiculteur à Séné (lire les démelés de son père avec le maire Gachet). Pierre LE MEUTE  [29/11/1889 Donges] a épousé Marie Louise Janvier de Séné. Georges Honoré SAMZUN [8/1/1882 né à Bangor] et son épouse Marie Augustine GUIMARD [3/10/1888 Auray], deviendront en 1926 directeur de l'école publique du bourg. M. GENET sera aussi quelque temps instituteur public au bourg.

La Grande Guerre sera accompagnée d'une pause dans la "guerre scolaire". les religieuses sont à nouveau autorisées à enseigner. 

Dans le privé, La Supérieure Paterne KERGAL est toujours au bourg où elle loge Marie Louise LE GUEROUE [Noyal-Pontivy 23/11/1899]. Cette dernière est arrivée à Séné le 18/11/1920 en remplacement de Marguerite GUIRIEC [Concarneau 3/8/1897] qui succédait à Marguerite LEDUC..

Marie Rosalie LANGLOIS a épousé un autre ostréiculteur, Ange Marie Le Gregam. Célestin LE BIHAN et le mémorable Aimé Louis CAPPE (lire article dédié) sont logés chez le recteur Ollier.
Ainsi les instituteurs arrivés sur Séné souvent jeunes, tissent des liens familiaux avec les Sinagots et Sinagotes, comme jadis les douaniers affectés sur Séné.

Soeur Félix-Marie (Patene KERGAL) quittera Séné en spetembre 1923.

1926 Bellevue instit Lemarié

1928 Keranna

Photo de classe Ecole privée Sainte-Anne :

institutrice Marie Claudine SALAUN et Gabrielle LE VERN (religieuse-croix)

En 1926, Louis Marie LE MARIE [21/7/1896 Arradon -  ] et son épouse Rose Julienne JOLIVET [2/8/1896 Lorient -30/7/1957 Vannes] sont en poste à Bellevue. SAMSUN, GUIMARD, LE MEUTE sont toujours à Séné. Jeanne Emilie THOMAS complète l'effectif des instituteurs du public.
Au sein de l'école libre, Mme Le Gregam née LANGLOIS est toujours en poste rejointe par Mme Marie Claudine SALAUN [Plouzevédé-24/3/1902], à Séné depuis le 10/4/1924. Deux instituteurs sont logés au presbytère : Aimé Louis CAPPE, fidèle à Séné et à sa bicyclette [lire article dédié], qui aura pour collègues successifs, Paul André HARDY (1926) puis Yves LA VARISSE (1931).

1930 07 sene certificat etude guelzec
Cet effectif d'enseignants oeuvre à l'éducation des enfants de Séné. En juillet 1930, Lucien GUELZEC, fils du secrétaire de mairie, de l'école publique du bourg, est reçu au certificat d'études à Vannes avec la mention "Très bien".

1931 Bellevue Jaffré Instit
Au resencement de 1931, Léon JAFFRE [28/2/1897-Le Palais - 7/11/1969-Angers] et son épouse, Louise LE BRETON [16/4/1895 Vannes - 28/6/1978 Laverdières(78)], sont en poste à l'école de Bellevue et le seront encore en 1936; Mathilde MICHEL et son mari Paul Eugène RENARD [1/1/1897 Ménéac(56)-16/10/1975] sont en poste à l'école des garçons, alors que Mme Renée CLOEREC vient d'arriver pour s'occuper des filles, comme nous l'indique l'annuaire départemental des téléphones. Le public gardera cet effectif en 1936.

1931 Keranna ecoles

Dans le privé, M. CAPPE a la charge des garçons assistée de Yves LAVAIRYE; Mlle Marie Claudine SALAUN celle des filles à l'école Sainte-Anne où elle sera rejointe le 22/8/1935 par Marie FUeller ou Jueller, née à Guiscriff le 5/7/1911.

1936 Lorho theâtre
Au dénombrement de 1936, Aimé CAPPE eut comme adjoint Joseph LORHO [4/1/1917 Pluméliau - 27/1/1958 Pontivy] qui monta une équipe théâtrale masculine qui eut beacoup de succès. Pierre LOYER de Josselin arriva en 1941 pour prendre en charge la grande classe.

1936 bourg public Cloarec

Dans le public, on retrouve le même effectifs d'instituteurs dont Mme Renée REMIOT [4/12/1889-Auray-31/7/1953-Séné], épouse de Grégoire CLOAREC [25/6/1887-Coray-28/10/1958-Vannes], en poste dans le bourg.

1937 Joncour 1939 Mahuas

En 1937, M JONCOUR Hervé [29/7/1909 Le Juch'22) - 2/1/2009 Vannes] et sa femme Germaine PIRO [27/6/1909 - 19/8/2001 Vannes] sont nommés à l'école de Bellevue, comme nous l'indique le registre conservés à l'école de Langle. Originaires de Quimper, leur famille vient les voir par Vannes en empruntant le petit passeur. 

1942 Le passeur LARZUL

Mme Joncour avec la chapeau à gauche

1938 11 Sene Ecole effectif

A la rentrée de 1938, Séné compte 43 élèves dans les 2 écoles publiques de garçons et de filles et 179 élèves scolarisés dans le privé. Fort de cet effectif, un projet de création d'un groupe scolaire moderne est étudié par Henri MENARD, le maire de l'époque. Lire article sur ce projet avorté à cause de la guerre.

1939 3 projet groupe scolaire

Ce projet moderne prévoyait au bourg une école dotée d'un réfectoire et d'une cuisine avec une rangée de lavabos. De part et d'autre des classes pour les garçons et des classes pour les filles. Sur chaque aile, des logements pour les instituteurs, 2 familles ou 4 célbataires. Au devant, une galerie abritée sur deux cours distinctes.Une 3° cours pour gérer les interclasses, un cabinet médical, un vestiaire et le chauffage central. Le projet envisageai également la construction d'une pisicne à côté de l'école.

1939 Ecole Ste Anne

Cette photo de classe a l'avantage d'être datée de mai 1939 et nous montre une classe de jeunes filles de tous âges devant leur école Sainte Anne. Quelques mois plus tard, après l'invasion de la Pologne par la Wehrmacht, la France suivie du Royaume-Uni déclarait la guerre au III° Reich d'Adolf Hitler. Comment les écoliers de tous âges ont vécu l'école pendant la guerre et l'Occupation?

Pendant les années de guerre, des soldats allemands réquisionnent des maisons à Séné dont les écoles. Jean Richard se souvient :

Pendant la guerre , les enfants ne mangeaient pas à leur faim .Pour nous rendre à l’école [depuis la presqu'îl] nous allions à pied J’ai le souvenir que l’hiver pendant la guerre il faisait très froid à cette époque Pour nous protéger du vent d'est très froid, nous empruntions un chemin de charrette nommé Ignora qui part de Cadouarn jusqu’au rond point du Morboul C’était dans ce chemin où nous étions seuls que les aînés vidaient leurs poches de pommes de terre volées ici et là .Un feu de bois était allumé et on mangeait .les patates grillées avant de nous rendre à l’école; Elles étaient délicieuses .Des feuilles étaient cueillies dans les fossés, on les appelait des "tourchons". Je les trouvais bonnes aussi  Selon moi il s’agissait d’oseille sauvage.

Quand les Allemands sont arrivés à Séné, ils ont réquisitionné l’école des garçons et nous ont mis à la porte. Nous avons continués nos études à l’intérieur de l’église, là où se trouve la chaufferie, nous étions serrés comme des sardines. Une jeune fille de Cariel,  Mlle MARTIN a pris le relais et les enfants du village de Cariel étaient scolarisés dans la salle à manger de ses parents. Par la suite, notre école est redevenue notre école. J’ai le souvenir que les allemands avaient peint un aigle avec la croix gammée sur le mur de  notre classe.  M,Cappe faisait la classe à plusieurs divisions en même temps. Un jour, les plus grands avaient mélangé les bottes des allemands partis faire une marche. A leur retour, ils gueulaient et juraient pour retrouver chacun ses bottes. M Cappe avait discrètement félicité les plus grands d’entre nous ... L’été, quand il faisait très chaud, M.Cappe demandait aux plus grands d’aller chercher un sceau d’eau. Il était placé au milieu de la cour et chacun d’entre nous se mettait à genoux devant le sceau et on buvait comme les animaux. Chez les filles, c’était les religieuses qui tenaient l’école et soignaient les gens  Une soupe était servie moyennant un petit  sous que certains n’avaient pas. À la fin de la guerre des biscuits vitaminés nous étaient servis une fois par jour dans le cadre du plan Marshall. M Cappe fût remplacé par M Loyer."

Selon le souvenir de Claude LE FRANC, l'école des garçons du bourg avait été transférée chez M&Mme Cloarec qui habitaient au bourg au 5 rue des Vierges.

Bellevue Ecole réfugiés CP

A cause de l'avancée allemande dans le Nord de la France, des familles refugiées sont accueillis en juin 1940 sur la presqu'île de Langle. Leur enfants fréquentent l'école de Bellevue comme nous l'indique le registre. Parmi les réfugiés, la famille Chevalier Marcel, couvreur à Burelles (02), la famille Legrand, garagiste au Cateau (02), la famille Toen Charles, ouvrier agricole dans l'Oise, la famille Mahoudeaux André, douanier au Havre (76) et la famille Carlier, ménère à Rouziès (59). 

Comme en 1915, la famille belge Legein avait trouvé refuge à Séné [lire article sur la Bataille de France], cette fois notre commune abrite des familles françaises fuyant l'avancée allemande.

Bellevue Ecole réfugiés Belle ILE

En 1945, plusieurs familles de Belle-Ile seront mises à l'abri à Séné et leurs enfants fréquenteront l'école de Bellevue.