wiki sene logo

samedi, 04 février 2017 20:03

De la vigne à Séné ?

Dans le bulletin paroissial, Le Sinagot, le recteur Joseph LE ROCH (1968-1980) nous racontait la présence de la vigne sur le territoire communal de Séné. Cet article est ici reproduit annoté et illustré. Il montre la présence de parcelles de vignes à Séné avant la Révolution.

Du Moyen-Âge à la Révolution, on cultivait autrefois la vigne à Séné

La propriété d'Auzon - La propriété de Cantizac - Et la Salle

Les religieuses de la Visitation ou Visitandines, établies à VANNES en 1638, à l'emplacement de l'actuelle Caserne des Trentes [qui a laissé place aujourd'hui à un parking derrière la mairie), acquirent le 30 janvier 1714 de dame Renée TRUILLO, épouse et procuratrice générale d'écuyer Guillaume LE BARTZ "avec promesse et obligation de toute garantie", le lieu et maison noble d'Auzon, avec ses appartenances et dépendances, situées en la paroisse de SENE, y compris une pièce sous vigne, cernée de murailles, contenant un journal de terre, autrefois appelée "la vigne de Randrecar ou de Callac", proche ladite maison d'AUZON et une autre pièce de terrre contenant environ deux journaux, située en la motte d'AUZON, à la charge auxdites religieuses de tenir et relever lesdites maisons d'AUZON et deux pièces de terre prochement et noblement du Roi notre sire, sous la cour de VANNES, à devoir de rachat, foi et hommage. Cette acquisition se fit par acte du rapport de M. LE BARBIER, notaire royal.

(Présidial B 315 p.68).

IGN Ozon parcelle vignoble

Annotation : Cette vue aérienne de la ferme d'Ozon (source IGN) laisse apparaitre une parcelle ceinturée d'un muret. Il pourrait s'agir de l'ancien emplacement de la vigne d'Auzon. Ci-dessous vue google du muret.

google Ozon muret

En 1714 encore, le 22 février, par acte au rapport du M. LE BARBIER, "Messire Jean de la MONNERAYE, chevalier, seigneur de BOURGNEUF et dame Marguerite LE MEZEC son épouse, vendaient aux religieuses de la Visitation la maison, terre noble, et seigneurie de CANTIZAC et la SALLE, situées en la paroisse de SENE, comprenant :

- le manoir principal et ancien dudit CANTIZAC, avec les logements pourprés, cours, jardns, vergers, fuie, garennes, bois de haute futaie et de décoration, rabenés et taillis, prés et priaireis; 

- la métairie de CANTIZAC, avec tous ses logements, terres labourables, pâtures et friches, prés et prairies, jardins et vergers, vignes et étang;

Annotation : il y aurait eu une vigne près du moulin de Cantizac au bourg de Séné.

-les métairies nommées le grand et le petit GOURGELEN et le GERNUES; deux desquelles métairies sont à présent appelées KERLIVIO et les deux autres KERAVELO;

- les deux moulins de CANTIZAC et d'HERBON, avec leurs chaussées, étangs, refouls, logements, issues et franchises;

- une maison ruinée avec ses prés, terres labourables, landes, pâtures et vignes nommées "Pen-er-sal";

- les rentes foncières et centives, dépendant desdites terres de CANTIZAC et de la SALLE, droit de banc et enfeu prohibitifs, tombes élevées dans le choeur et chanceau de l'église paroissiale de SENE, et autres droits honorifiques et de prééminence appartenant auxdites terres et seigneuries de CANTIZAC et de la SALLE;

- De plus, le droit de four à ban de la paroisse de SENE et droit de bannalité reconnus par les commissaires du roi, le 28 décembre 1689 et le 19 mai 1690;

- Le tout échu à ladite dame BOURNEUF des successions d'écuyer Julien LE MEZEC, sieur de Saint Jean, et de dame Marguerite de CHAMPOING, ses père et mère;

à la charge auxdites religieuses de les tenir et relever prochement et noblement du roi notre sire, sous son domaine et juridiction de VANNES, et de payer pour l'avenir et à compter du jour de Toussaint dernier, les rentes par argent et grains qui se trouveront dues tant audit domaine qu'à d'autres. Ladite vente et cession ainsi faite entre parties, pour et en faveur de la some de 30.000 livres tournois de principal et accessoires.."

(Présidial B315, p.69).

En la même année 1714, le 23 août, les mêmes religieuses restèrent adjudicataires des maisons et métairies de KERVADY et de CARIEL avec un moulin à vent, le tout situé en la paroisse de SENE.

Ces biens provenaient de la succession bénéficiaire de Robert LOYER et de Nicole de LA ROCHE, sa femme, et furent vendus en la juridiction de l'abbaye de Saint Georges de RENNES pour la somme de 15.050 livres tournois.

(Présidial B315 p.119)

A la Révolution, le 2 janvier 1791, les fermes de CANTIZAC, de KERDAVY et d'AUZON, étaient estimées valoir 4.021 livres 8 sols et 2 deniers. Mais, il fallait déduire comme charges 206 livres 17 deniers pour 12 perrées de seigles sur la terre de CANTIZAC.

La terre de CANTIZAC et ses dépendances furent vendues comme biens nationaux et acquises le 20 avril 1791 par M. PERRIER de Lorient au prix de 85.000 livres.

(Bulletin de la Société Polymathique 1897 p.171 à 178).

Ainsi ces relevés notariaux du XVIII siècle montrent la présence de vigne à Séné. D'autres sources attestent la présence de viticulture à Séné. Ainsi le cadastre de 1840 indique qu'une parcelle de terrain à Cadouarn porte le nom de "La Grande Vigne". Encore aujourd'hui, l'Allée de la Vigne" nous rappelle le passé viticole de Séné.

1844 les grandes vignes

Ce tableau issu d'une étude du Parc Naturel du Golfe du Morbihan, nous retrace les grandes dates de la viticulture dans le Morbihan.

Histo Vigne 56 PNR

Sur la Presqu'île de Rhuys, la vin a eu son heure de gloire au XIX°siècle et au début du XX°. On y a produit un alcool distilé, la fine de Rhuys.

Mignonette fine de Rhuys.png 

 

 

 

 

 

Plus dans cette catégorie : « Saunerie et four à augets